mardi, mai 01, 2012

Ultra Tour du Mole - Edition 2

Dimanche, Stéphane Roguet a remis ça. Une deuxième édition de son UTM bien réglée, avec près de 225 coureurs, et une météo qui aura joué à cache-cache jusqu'au bout. Cette année c'est Michel Lanne qui remporte la palme en 3h48, reléguant le second à plus de 15'. 

On s'attendait à de la pluie, de la boue. C'est une chaleur assez pesante, un terrain sec, mais aussi de la neige bien présente que nous avons trouvé. Cette année l'UTM fait plus que le plein, et l'ambiance bon enfant reste inchangée. Nous avions fait une reconnaissance trois semaine avant avec Manu, on y avait trouvé de la neige à gogo et des arbres en travers partout. Stéphane, au vu de la météo incertaine et de la neige qui est retombée la semaine précédente a du coup modifié un peu le parcours en supprimant la montée au sommet du Môle, rallongeant à 37 km et 2.600D+. 

Un peu avant le briefing je croise mes amis du TDG Ludo et Jules-Henry, un vrai plaisir de démarrer 2012 ensemble. Le départ est moyennement rapide. Dès les premiers lacés je compte et suis en 30° position. L'an dernier le scénario avait été similaire, et je sais donc qu'en restant sur mon rythme, je grignoterai environ la moitié des places, notamment en descente. Ce qui me convient. Je rejoins rapidement Ludo. Comme au TDG je me dis que ce serait une bonne locomotive. Mais finalement je suis un doigt plus rapide. Le parcours route est un peu moins long, profitant d'un sentier plus rapide. Et cette année j'ai pris les bâtons, et ça change tout ! En arrivant au parking du Col je me dis que la partie enneigée va être assez conforme à ce que nous avions vu avec Manu. Mais finalement elle a bien fondu. Dans la descente, comme convenu, je remonte trois coureurs. Après le ravito de La Tour, non seulement personne ne me remonte, mais la surprise est de remonter moi-même quelques coureurs qui comment à souffrir de la chaleur. J'en souffre aussi, et gère en restant régulier dans le rythme, et en buvant peu mais régulièrement environ toutes les 10 minutes.  En instantané je monte entre 800 et 1100 m/h. La respiration type marche Afghanes me permet de garder calme et énergie. Christel Dewalle, première l'an dernier, me dépasse comme une fusée dans le dernière partie de la montée et finira 1mn devant (versus 22mn derrière en 2011). Impressionnant. Finalement au Petit Môle je suis 20ème avec pas mal de monde devant et derrière. A la bascule je pense partir comme une fusée pour entamer la denière descente vers l'arrivée de seulement 1.000m cette année. Il reste encore beaucoup de neige, et on s'enfonce effectivement jusqu'au genou. Et là c'est l'enfer. En retirant les jambes de la neige les crampes que je sentais arriver avec la déshydratation se font très présentes dans les ischios. Quand soudainement ma jambe reste coincée. Impossible de retirer mon pied sans y laisser ma chaussure, et une simultanément une crampe à l'ischio droit. J'imagine assez mal devoir abandonner là. Avec mon bâton je creuse la neige pour dégager mon pied. Je repars, en ne perdant finalement qu'une poignée de secondes, et surtout la crampe se dissipe miraculeusement. Ouf ! Arrivée au Col, je refais les lacets, les chaussures étant gorgée d'eau, et j'attaque la descente. Pas aussi vite que l'an dernier à cause des jambes assez lourde. Et là à nouveau c'est la surprise. A moins de 100D- de l'arrivée, je double près de quatre coureurs avec une nette différence de rythme. Dont deux V1 (je le saurai après). Du coup je finis en 4h38, 15ème et 2ème V1H (4h46, 12ème et 4ème en 2011) sans avoir eu à gérer le classement. Plutôt pas mal pour démarrer cette saison 2012. 

Prochaine étape le week end prochain avec le raid INPG et les Raideurs du Matin !



Aucun commentaire:

Publier un commentaire